Charge émotionnelle…whaaaaaaat??

89126913_o

 

En ce moment on entend parler de charge émotionnelle de partout…

« oui je suis maman, et mon cerveau ne s’arrête jamais…je dois penser à tout, car sinon la maison ne tourne pas… »

Mais, moi, femme, mère de 2 enfants en bas âge, cadre commerciale travaillant à plein temps, je dis STOP !

Bien sur que dans beaucoup de foyers les femmes gèrent beaucoup plus de choses que les hommes…mais la faute à qui ???

Notre éducation bien sur qui fait qu’on a eu l’habitude très tôt de participer aux tâches ménagères, mais surtout l’éducation qu’on a mise en place à la maison.
oui, messieurs les machos, on vous a éduqués à la vie de couple, tout comme vous nous avez éduqués.

Et si on a mal fait notre travail, qui peut-on blâmer ?

Moi la première, j’ai voulu tout faire, garder le contrôle sur tout, ce dès le premier jour.

Quand on n’a pas d’enfants, c’est facile : gérer les papiers « au moins je suis sure que ça sera fait dans les temps », trier les papiers « bah oui mais comme je gère les papiers, si je ne sais pas où ils sont rangés… », faire la cuisine « bah oui mais moi j’aime ça, faire la cuisine », faire les courses « bah oui, mais comme j’aime faire la cuisine, j’aime choisir mes produits », ranger les courses « bah oui, mais bon, j’aime toujours autant faire la cuisine, je dois savoir où sont rangés mes produits », faire la vaisselle « bah oui, mais comme j’ai fait la cuisine, c’est normal que je fasse la vaisselle de ce que j’ai utilisé… et puis tant que j’y suis, de la vaisselle pour deux ça va vite… », faire le ménage (souvent là il y a partage des taches)…

Donc on fait comme ça. Et on demande parfois de l’aide, et l’Homme le fait sans rechigner, « quand on demande »…

Mais en même temps on ne peut pas s’empêcher de passer derrière… « attends, le linge il vaut mieux l’étendre sur deux barres il sèche mieux…je remets juste ces deux là…l’éponge pour la vaisselle c’est celle là, l’autre c’est pour nettoyer l’évier….ne rince pas les tupperware à l’eau chaude ça les laisse gras… » ce qui se finit souvent par « attends, je vais le faire » et l’Homme qui part plutôt énervé.

Alors bien sûr, après, il y a des enfants…et les enfants, ça veut dire au moins 2 fois plus de bazar, de vaisselle sale, de linge sale, de courses à faire, de nettoyage…et avant qu’ils soient en âge d’aider, il faut bien le faire.

Donc oui, bien sur que la « charge émotionnelle » chez les femmes est présente. Et bien sur qu’un bon mari/conjoint/copain doit faire en sorte de nous aider, mais on ne peut pas leur reprocher de ne pas avoir les mêmes réflexes que nous, qui avons passé notre temps à tout prendre en charge. Et qui avons passé le temps à ne pas les laisser faire.

Donc STOP ! nous ne sommes pas QUE des victimes ! Servons nous de ça comme leçon pour bien éduquer nos garçons, et rendons service à la future génération…



Update

Je suis retombée il y a peu sur mon blog…le temps a passé, l’eau a coulé sous les ponts, et j’ai grandi…d’autres diraient « vieilli » mais je préfère me dire que j’ai avancé sur la toise de ma vie plutôt que dans les rides sur mon front…

famille

J’ai aujourd’hui 31 ans, je suis mariée avec T., j’ai deux beaux enfants R. et B. (mon article sur T. était prémonitoire, il m’a bien tenu la main (ou plutôt je lui ai broyé la main) durant les 2 accouchements)
Le dimanche soir est aujourd’hui consacré à notre collection de Disney plutôt qu’à jouer à Resident Evil, et je programme mes machines à laver en fonction des siestes des enfants

Nous avons quitté la ville pour la province, dans une région montagneuse, et je suis toujours amoureuse, aussi bien de mon mari, que de mes amies…

Je peux continuer maintenant avec mes questions existentielles



Amour et vénalité….

La prostitution. Le mot à la mode sur toutes les bouches.
Qui, en passant dans la Foret de Saint Germain, ne s’est jamais tordu le coup pour essayer d’apercevoir ces jeunes femmes qui sont statiquement posées dans le chemin indiqué par le fameux sac plastique.

Mais pourquoi suscitent-elles autant d’intérêt… ?

 Parce que se dire qu’on est payée pour faire l’amour peut faire rêver (à condition d ‘oublier qu’on ne choisit pas avec qui on le fait….)

Mais qui ne s’est jamais interrogé sur les limites de la prostitution ?

La galanterie veut qu’on invite une femme à dîner, pour lui faire plaisir. La goujaterie veut qu’on l’invite à dîner pour mieux l’inviter dans son lit.
Mais qu’est ce que ça veut dire ? un moyen détourné de payer une femme pour coucher ?

Difficile de faire la différence aujourd’hui…Tous les petits cadeaux, et autres petites attentions doivent elles êtres prises comme gestes sincères, ou bien comme des sommes données pour que la femme se sente redevable… ?

« mais quel esprit tordu » me direz vous.

Probable

Ou réaliste.

Bien sur, tous ne sont pas comme ça, mais honnêtement, quand on voit une jeune fille de 25 ans en couple avec un homme « mature » de 60, qui, comme de par hasard, a un compte en banque qui compte autant de zéro qu’il a vu de décennies,  que se dit on en premier… ?

(après « Eurk », cela s’entend)

Qu’elle est avec lui pour l’argent, ce qui, au final est une forme de prostitution…

Eurk imagé
Il arrive bien sur qu’elles soient réellement amoureuses de ces hommes, mais qui le croira…

D’une manière personnelle, lors de mes années « je suis stagiaire exploitée sous payée », je traînais souvent dans un café relativement connu sur Neuilly, et on m’a proposé quelque chose dans ce style là.
Célibataire à l’époque, je ne vais pas mentir en disant que je n’y ai pas réfléchi…mais en relevant les yeux et regardant la masse de graisse libidineuse, affublée d’un costume Hugo Boss et de lunettes Armani, je l’ai imaginée en slip kangourou, et transpirant, et ce n’est juste pas possible. Pour tout l’or du monde, non.

(c’est là que le « Eurk » intervient)

A mon sens, il faut juste trouver un équilibre, ne pas accepter de cadeau démesuré par rapport à la situation, accepter de sortir pour les bonnes raisons, non pas pour les 120k€ de rémunération annuelle de la personne. Et dans le cas contraire, ne pas accepter d’aller au Chalet des Iles avec son amoureux, pauvre étudiant qui a du faire 6 nuits blanches de saisie de mémoire pour vous l’offrir….

N’oubliez pas, messieurs, le charme ne se situe pas sur un relevé de banque, mais dans les attentions…

Se lever quand on arrive, tenir la porte et nous laisser passer, écarter notre chaise, prendre notre manteau, nous faire un compliment discret juste pour nous voir rougir…mais tout ça teinté de sincérité…

Voilà la galanterie qui pourra effectivement nous pousser dans vos lits, sans ouvrir votre portefeuille…

A bon entendeur



ictus |
La maison du bonheur |
La Perle et ses Créations d... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BEM VINDO AO MEU BLOG
| BelleVie
| rayenz