Update

Je suis retombée il y a peu sur mon blog…le temps a passé, l’eau a coulé sous les ponts, et j’ai grandi…d’autres diraient « vieilli » mais je préfère me dire que j’ai avancé sur la toise de ma vie plutôt que dans les rides sur mon front…

famille

J’ai aujourd’hui 31 ans, je suis mariée avec T., j’ai deux beaux enfants R. et B. (mon article sur T. était prémonitoire, il m’a bien tenu la main (ou plutôt je lui ai broyé la main) durant les 2 accouchements)
Le dimanche soir est aujourd’hui consacré à notre collection de Disney plutôt qu’à jouer à Resident Evil, et je programme mes machines à laver en fonction des siestes des enfants

Nous avons quitté la ville pour la province, dans une région montagneuse, et je suis toujours amoureuse, aussi bien de mon mari, que de mes amies…

Je peux continuer maintenant avec mes questions existentielles



Les complexes

 Partir en vacances quasi tout frais payés avec ses parents donne plutôt a rêver quand on est jeunes et un peu a court de sous. Mais finalement ca n’est pas toujours une si bonne idée..
76534989.jpgToute jeune fille a grandi en ayant des complexes. Pour certaines imaginaires (les chanceuse) mais pour d’autres justifiés. 

Pour ma part j’ai malheureusement fait partie de la seconde catégorie.  Grassouillette, boutonneuse et dotée d’un sens particulier de l’esthétisme, je faisais rarement partie des “populaires”, de ces filles sur qui on se retourne en vacances et qui ont l’air tout droit sorties d’un magazine..  En grandissant, j’ai changé, grandi, maigri, j’ai trouvé mon style et surtout je me suis assumée. J’ai connu mon petit succès, et j’en ai presque fini par me trouver jolie a certains moments, notamment dans les yeux de mon homme.. 

Et voilà qu’en quelques jours je me retrouve dans la peau de cette adolescente, je me regarde et me dis que mes cuisses sont flasques, mes hanches larges et mes seins petits. Et c’est dur, j’en arrive même a pratiquer la méthode Couet « je suis jolie, j’ai un métier gratifiant, un homme fantastique qui m’aime et des projets a foison

Il n’empêche qu’en voyant la jeune bombasse de 20 ans me regarder, du haut de son maillot dolce et de son petit corps ferme et parfait, j’en viens a me demander ce que mon homme me trouve..de ne pas oser aller me baigner, on est si bien planquée sous son parasol..et que si le sauveteur me regarde c’est qu’il se demande comment on peut en arriver a se laisser aller a ce point là, si jeune.. 

C’est fou, qu’en revenant simplement là où on partait en vacances avec ses parents, on récupère en même temps ses complexes.. 

Finalement la morale est la même maintenant ou il y a 10 ans.. Il faut s’accepter, et a partir de là on cessera de nous voir comme la petite grosse qui cherche désespérément à se faire aimer (..qui d’ailleurs n’existe plus, dieu merci) .. 

Oui je sais plus facile a dire qu’a faire.. PS : pour l’anecdote, il se trouve que le sauveteur a finalement décidé de venir me parler au bout de 10 jours, pour m’inviter à sortir, snobant magistralement le petit corps ferme et parfait de Miss Dolce. Comme quoi il y a une justice….
PPS : invitation que j’ai bien entendu refusée en rougissant légèrement, bah oui, on est vieille ET en couple….



Fatality, dit-on dans Worms….

1114191074833.jpg Pourquoi, quand on est sur le point de partir en vacances, et qu’on a qu’une seule envie c’est se la couler douce au travail, nous arrive-t-il toujours plein de tuiles ?
Pourquoi, quand on est de mauvaise humeur le matin, pressé(e) et affamé(e), la tartine tombe-t-elle toujours du coté tartiné ?
Pourquoi, quand on attend un rendez-vous galant, qu’on n’a pas vu son amoureux depuis une semaine, ou qu’on a un entretien très important, se retrouve-t-on avec une pustule sur le nez ?
Pourquoi, quand on a oublié de mettre son réveil le matin, est-ce le seul jour où le chat a finalement décidé d’être clément et ne pas gratter à la porte pour avoir à manger ?
Pourquoi, quand on a une envie très pressante d’aller au petit coin, on se retrouve toujours avec tous les feux rouges, à 2 minutes du but ?
Pourquoi, après avoir passé toute la journée sans encombre, notre ongle décide de filer le magnifique collant Chantal Thomas, spécial Baguette à l’arrière, qu’on a acheté le matin même, au moment où on le retire délicatement ?

C’est ce qu’on appelle la fatalité. Et moi je dis la fatalité ça fait c****.



Home Sweet Home

Tout le monde a vu, ou entendu parler du film Tanguy….tanguy.jpg

« Ha ha ha, mais aujourd’hui qui continue à habiter chez ses parents passé 25 ans… »

Et bien moi. Et oui, 25 ans, et je suis retournée vivre chez mes parents. Et puis quand on est dans cette situation, on ouvre les yeux, et on réalise qu’en fait la plupart des personnes de son entourage sont aussi passées par là.
« moi c’est parce que j’ai quitté/perdu mon job, et je pouvais plus payer le loyer »
« je me suis séparée de mon copain/copine »
« j’en avais assez d’aller à la laverie » (bon ok plus rare pour celle là)
« j’ai trouvé un bien à acheter, mais dispo que dans 3 mois »
Et j’en passe.

Pour ma pomme c’est parce que mon appartement est moisi (au sens propre). Mais qu’est ce que c’est dur….quitter le nid d’amoureux pour retrouver le giron parental….

Effectivement, pour ceux qui ont la chance d’avoir des parents présents et compréhensifs, c’est sur que ce sont des situations où retourner dans sa chambre d’enfant retire une grosse épine du pied.
Mais est ce vraiment une bonne chose ?
Pour quelqu’un qui a vécu quelques années seul(e) ou en couple, dur de reprendre les habitudes familiales
« Fini ton assiette ! »
« mange un yaourt, c’est bon pour tes os »
« arrête de passer autant de temps sur le PC, tu vas te tuer les yeux »
« vas te coucher, demain tu travailles »
« debout E., il est 7h ! Ah aujourd’hui tu voulais dormir une demi-heure de plus ? désolée je croyais que tu n’avais pas mis ton réveil »
« en lavant le linge je me suis demandée comment tu faisais pour supporter ces sous vêtements….ils sortent d’où ? »
« tu vas rentrer à quelle heure ? »
« mets tes chaussons »
« j’ai rangé ta chambre, et j’ai fait ton lit »
« qu’est ce qu’il y a dans cette boite ? »
« mais qui est ce qui t’appelle à cette heure ci ? »

Des attentions qui au final tapent vite sur le système….

Au final, les parents, c’est important, indispensable même.
Mais passé 25 ans, une fois par semaine ça suffit amplement.



« Ouah la honte hé!»

Qui n’a jamais entendu ça?
Bon, je l’avoue, c’est souvent une phrase d’enfant, mais qui ne se souvient pas d’un moment où on a mérité cette phrase.
 souris.jpg

Qui n’a jamais trébuché, habillée comme jamais, sexy et fière comme une reine, perchée sur des talons aiguilles, devant LE beau gosse ?
Qui n’a jamais marché (quelques pas, quelques mètres) avec sa jupe prise dans son collant
Qui n’a jamais senti son bas se carapater petit à petit, alors qu’il n’y a aucun endroit où se cacher pour le remettre ?
Qui n’a jamais ronflé en cours ?
Qui ne s’est jamais trompé de prénom en appelant son homme ?
Qui n’a jamais laissé son sac ouvert, avec, tel un trophée, ce fameux tampon-déguisé-en-bonbon-mais-qui-ne-trompe-personne bien exposé ?
Qui ne s’est jamais trompé de destinataire (au téléphone, par mail, …) ?
Qui n’a jamais réalisé avoir oublié sa carte bleue, un samedi matin au supermarché, un caddie plein à craquer étalé sur le tapis roulant ?
Qui n’a jamais laissé tomber de son sac son sous-vêtement de rechange dans un lieu public (métro, magasin, musée…)?
Qui n’a jamais subi les quolibets des autres enfants en arrivant avec le pull tricoté de mamie, délicatement décoré d’un jeu de morpion ?

A chaque fois on a un seul souhait, pouvoir se transformer enfin en petite souris, et disparaitre à tout jamais. Qu’on ne pourra plus jamais ressortir de chez soi. « La Honte quoi !! »
En grandissant on réalise que le ridicule ne tue plus.

Dieu merci, sinon cet article n’aurait jamais été écrit.



To be Jalous (or not to Be!)

« c’est qui cette ravissante blonde que tu enlaces sur cette photo ? »
« t’arrêtes un peu ? c’est ma cousine !»
« ah…ok. »

 4o1vupg6.jpg

Qui n’a jamais eu cette discussion. Quelques secondes pour trouver le courage de se lancer et de poser la question sur un ton de badinage, puis l’instant d’appréhension d’avoir une réponse qui ne nous plairait pas, et ce sentiment de soulagement coordonné avec cette petite honte d’être aussi investigatrice.
Mais il faut le reconnaitre, on ne peut pas s’en empêcher.
Maintenant il est difficile de savoir à quoi précisément c’est dû.

Explication masculine, c’est qu’on a pas confiance en eux.
« mais non tu n’as pas confiance, sinon tu ne me poserais pas la question »

Explication féminine, c’est qu’on a pas confiance en elles.
« mais attend, moi j’ai été à sa place, j’étais prête à tout pour avoir celui qui me plaisait, peu m’importait qu’il soit en couple…»

Explication implicite, c’est qu’on a pas confiance en nous.
« en même temps, elle est juste 10 fois plus jolie que moi…. »

Donc au final, c’est un peu de tout. Parce que même si on n’a pas confiance en nous, qu’on la trouve plus jolie que nous ou pas, avoir peur c’est se dire que notre homme préfère le physique à notre relation. Donc on n’a pas confiance en eux.

Mais en même temps c’est pas de notre faute, parce que si ça se trouve la bombe elle est en plus super sympa, et intelligente. Et puis on va pas se voiler la face, dans la vie de couple, c’est quand même nous qui passons pour les mégères avec notre obsession du rangement et du partage des taches ménagères…donc un peu de légèreté, ça fait du bien.

Donc en fait tout repose sur le manque de confiance en elles.
Si on avait confiance en elles, on aurait pas besoin de douter de nous, du coup pas besoin de douter d’eux.

On a plus qu’à aller vivre sur une ile déserte, nous et nos questions existentielles tordues.



Cartouche couleurs ou Noir et Blanc?

 Pour beaucoup, voir la vie en « technicolor » ça veut dire croquer la vie à pleines dents, en profiter à fond.
Et les sentiments semblent tous se traduire en couleur : voir la vie en rose, aimer d’amour fauve, piquer un fard, rougir de honte, être rouge de colère, … …

Mais j’ai récemment développé une nouvelle philosophie.
Si si, E. se prend pour le nouveau Descarte, en jupe (pourquoi lui, je sais pas, réminiscence de ma terminale)

J’ai décidé que j’allais voir la vie en Noir et Blanc.

Certains me diront « que c’est triste, tu verras la vie sous seulement 2 aspects, pas de nuances, pas de joies, que du sobre »
Mais pas du tout !
Regardez une photo en noir et blanc. C’est beau. C’est fixer un instant et lui donner une intensité romantique, cruelle ou lumineuse. C’est gommer tous les défauts des sujets photographiés.

Qui n’a jamais passé une de ses photos d’identité en noir et blanc, pour estomper les différences de teint, homogénéiser l’ensemble. Ou transformer une photo banale d’amoureux en esquisse de peintre en noir et blanc.

photo 

Pour moi, voir la vie en noir et blanc, c’est la voir sous son meilleur jour. Gommer les petites tristesses du quotidien. N’en retenir que ce qui est de plus beau.

La clé du bonheur… ? (et puis si c’est pas le cas je pourrais toujours faire grise mine….)



Catherinette, quand tu nous tiens…

Les Catherinettes….vaste sujet de plaisanterie depuis que je suis petite.
Mais je ne me suis jamais sentie concernée. C’est sur qu’ à défaut d’un plan de carrière établi, j’avais un plan de famille bouclé : mari rencontré à 23 ans, mariage à 25 et bébé à 26.
Donc tout cela ne me concernait pas, c’était juste un sujet de taquinerie très sympa envers ma soeur qui venait d’avoir ses 25 ans.  Et était célibataire à l’époque. Mais quand c’est son tour de porter le chapeau, ce n’est plus la même. 

 Donc un petit retour historique sur le pourquoi du comment. 

 Chaque 25 novembre, les non mariées en prennent pour leur grade…. Mais pourquoi tant de haine ? Censées marcher dans les rues, affublées de chapeaux illustrant leur métier, et déclamant « Sainte Catherine, sainte Catherine, aide-moi. Et promets de ne pas me laisser mourir célibataire. Un mari, sainte Catherine, un bon, sainte Catherine; mais plutôt un que pas du tout. » 

Ah la la 

« La fête de la Sainte Catherine concerne Catherine d’Alexandrie, martyrisée en 307, et patronne des jeunes filles à marier mais aussi des philosophes et des étudiants.
La jeune femme avait refusé d’épouser l’Empereur Maxence car elle était déjà spirituellement mariée au Christ.
Les jeunes filles célibataires ont tout naturellement été placées sous le patronage de la sainte au Moyen Age et la fête de la Sainte Catherine était l’occasion pour une catherinette de se mette en valeur et de rechercher un mari. 

 La fête de la Sainte Catherine a en effet été choisie en 1920 par les créatrices de mode et les couturières pour démontrer leur savoir faire et confectionner des chapeaux et des tenues fantaisistes. A Paris, dans le 2e arrondissement, un grand cortège se formait dans la rue et les modistes défilaient joyeusement, tandis que chaque catherinette allait courageusement mettre une couronne sur la statue de Sainte Catherine à l’angle de la rue Cléry, accessible par une échelle de pompier. Un jury désignait ensuite le chapeau le plus réussi. 

 La fête de la Sainte Catherine est surtout l’occasion de se moquer gentiment des jeunes femmes célibataires de plus de 25 ans, et de les affubler de chapeaux fantaisistes. La catherinette est la reine de la fête, le temps d’une journée. C’est un événement convivial qui est encore pratiqué dans de petites villes et certaines entreprises, et la fête de la catherinette est devenue un spectacle folklorique, qui met un peu de gaieté à l’approche de l’automne. «  

 En clair et en décodé, à l’époque c’était pour essayer de trouver un mari, puis ça a été pour vendre des chapeaux, et aujourd’hui c’est juste pour être méchants…. 

Je dis STOP AUX CATHERINETTES.
Voilà, j’ai poussé mon cri. Les filles, toutes avec moi…. La Sainte Catherine…

Et pour votre gouverne messieurs, ne vous moquez pas trop parce que Saint Nicolas est là aussi…
tout comme on dit « coiffer sainte Catherine » pour les filles, on dit « porter la crosse de Saint Nicolas » pour les garçons… »…à bon entendeur… 

 



25 ans

chapeauanniversaire.jpg Le quart de siècle
Pourquoi est ce si dur à digérer ?
Pourquoi a t on peur si de vieillir…

La jeunesse qui s’en va, regarder en arrière et ne rien regretter, mais être nostalgique
On a tendance à oublier que ce qui nous attend est merveilleux.
Tendance à envier ces jeunes lycéens à qui rien ne fait peur, que le monde entier attend, et qui sont prêts à lever des montagnes pour leur coup de coeur du trimestre…

Cet article servira principalement à me rassurer, moi qui n’ai plus que 4 jours avant ce quart de siècle tant redouté…
Pourquoi tant de peur ? parce que tout le monde s’est ligué pour en faire un phobie

Quelques preuves :
On ne dit pas « à 25 ans rien n’est impossible », mais à 20 ans…
25 ans veut dire Catherinette, si si ce grand chapeau qui veut dire que tu n’es pas mariée
Plus de carte 12/25 (enfin si, mais c’est la dernière chance de pas payer cher les billets, après t’es censé gagner ta vie quoi !)
Plus de tarif réduit au cinéma, déjà qu’on a plus le droit au tarif enfant depuis des années
Les impôts obligatoires
Dans les sondages, on ne fait plus partie des 20-24 mais des 25-30.Zou, une tranche dans la gu****
Et puis 25 ans, c’est 30 moins 5. et quand on pense à ce qu’on a accompli dans les 5 dernières, on est fatigués par avance de ce qui nous attend.
On ne nous appelle plus Mlle, mais Mme. Alors que non, « Mademoiselle, c’est MADEMOISELLE »
On saute aussi une tranche dans les crèmes pour le visage, on n’est plus dans les premières rides….Plus besoin de plisser le front pour les voir…
On commence à compter nos cheveux blancs (comment ça, colorer mes cheveux, moi ??!!)
Plus que 10 ans avant les 35 (âge critique, tout le monde le sait…dernière limite pour procréer ?)
Et j’en passe des meilleures….

Un seul avantage au fait d’avoir 25 ans….avoir son entourage réuni pour se mettre une grosse mine. J-4.



Amour et vénalité….

La prostitution. Le mot à la mode sur toutes les bouches.
Qui, en passant dans la Foret de Saint Germain, ne s’est jamais tordu le coup pour essayer d’apercevoir ces jeunes femmes qui sont statiquement posées dans le chemin indiqué par le fameux sac plastique.

Mais pourquoi suscitent-elles autant d’intérêt… ?

 Parce que se dire qu’on est payée pour faire l’amour peut faire rêver (à condition d ‘oublier qu’on ne choisit pas avec qui on le fait….)

Mais qui ne s’est jamais interrogé sur les limites de la prostitution ?

La galanterie veut qu’on invite une femme à dîner, pour lui faire plaisir. La goujaterie veut qu’on l’invite à dîner pour mieux l’inviter dans son lit.
Mais qu’est ce que ça veut dire ? un moyen détourné de payer une femme pour coucher ?

Difficile de faire la différence aujourd’hui…Tous les petits cadeaux, et autres petites attentions doivent elles êtres prises comme gestes sincères, ou bien comme des sommes données pour que la femme se sente redevable… ?

« mais quel esprit tordu » me direz vous.

Probable

Ou réaliste.

Bien sur, tous ne sont pas comme ça, mais honnêtement, quand on voit une jeune fille de 25 ans en couple avec un homme « mature » de 60, qui, comme de par hasard, a un compte en banque qui compte autant de zéro qu’il a vu de décennies,  que se dit on en premier… ?

(après « Eurk », cela s’entend)

Qu’elle est avec lui pour l’argent, ce qui, au final est une forme de prostitution…

Eurk imagé
Il arrive bien sur qu’elles soient réellement amoureuses de ces hommes, mais qui le croira…

D’une manière personnelle, lors de mes années « je suis stagiaire exploitée sous payée », je traînais souvent dans un café relativement connu sur Neuilly, et on m’a proposé quelque chose dans ce style là.
Célibataire à l’époque, je ne vais pas mentir en disant que je n’y ai pas réfléchi…mais en relevant les yeux et regardant la masse de graisse libidineuse, affublée d’un costume Hugo Boss et de lunettes Armani, je l’ai imaginée en slip kangourou, et transpirant, et ce n’est juste pas possible. Pour tout l’or du monde, non.

(c’est là que le « Eurk » intervient)

A mon sens, il faut juste trouver un équilibre, ne pas accepter de cadeau démesuré par rapport à la situation, accepter de sortir pour les bonnes raisons, non pas pour les 120k€ de rémunération annuelle de la personne. Et dans le cas contraire, ne pas accepter d’aller au Chalet des Iles avec son amoureux, pauvre étudiant qui a du faire 6 nuits blanches de saisie de mémoire pour vous l’offrir….

N’oubliez pas, messieurs, le charme ne se situe pas sur un relevé de banque, mais dans les attentions…

Se lever quand on arrive, tenir la porte et nous laisser passer, écarter notre chaise, prendre notre manteau, nous faire un compliment discret juste pour nous voir rougir…mais tout ça teinté de sincérité…

Voilà la galanterie qui pourra effectivement nous pousser dans vos lits, sans ouvrir votre portefeuille…

A bon entendeur



123

ictus |
La maison du bonheur |
La Perle et ses Créations d... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BEM VINDO AO MEU BLOG
| BelleVie
| rayenz